Fonte des pôles : peut-on geler artificiellement les eaux

Face à la fonte précipitée des glaces aux pôles, certains scientifiques envisagent des solutions inédites pour pallier au réchauffement climatique.

« Aux grands maux les grands remèdes », dit l’adage. S’agissant de la fonte des glaces arctiques, cela pourrait être particulièrement vrai : une équipe de chercheurs propose de déployer dans cette région des équipements d’envergure afin d’entraîner artificiellement le gel des eaux.

Fonte de la banquise : épaissir la glace artificiellement ?

Steven Desch de l’université de l’Arizona et ses collègues proposent d’installer au pôle Nord et au pôle Sud 10 millions de pompes fonctionnant à l’énergie éolienne. En hiver, elles pomperaient l’eau sur la surface de la glace pour qu’elle gèle, rendant ainsi la banquise plus épaisse. D’une épaisseur moyenne de 2 à 3 mètres, la banquise pourrait ainsi gagner un mètre supplémentaire, estime le Professeur Desch. Il pourrait aussi être mis fin à la disparition quasi complète des glaces polaires en été.

Un tel projet se chiffrerait sans doute dans les 500 milliards de dollars. Mais c’est le prix à payer si l’humanité veut arrêter la catastrophe, affirme Steven Desch. Les températures dans cette région du monde progressent même plus rapidement que ne le laissaient croire des modèles élaborés il y a quelques années encore. Le chercheur estime par ailleurs que les objectifs définis lors de la Conférence de Paris ne suffiront pas à enrayer la disparition complète des glaces polaires en été, un phénomène qui devrait survenir aux alentours de 2030.

La glace polaire, un élément essentiel de l’écosystème

Cela peut paraître étonnant à première vue, mais dans les pôles, la glace joue un rôle essentiel. Les ours polaires, par exemple, sont une espèce qui vit en parcourant des milliers de kilomètres sur la banquise. C’est également là qu’ils chassent leur proie. Mais la banquise joue aussi d’autres rôles. Grâce à sa surface plate et donc sa capacité à refléter les rayons, la radiation solaire rentre dans l’espace. La glace sert aussi à retenir les gaz carboniques. Ainsi, plus elle fond, plus l’atmosphère devient polluée, plus le réchauffement s’accélère, et encore moins de glace il y a : c’est un cercle infernal.

D’après le Centre national de données sur la neige et la glace, aux États-Unis, en janvier 2017, la banquise mesurait 13,38 millions de kilomètres carrés, soit au plus bas depuis 38 ans, date du début des mesures.

Source : consoglobe.com

0 Commentaires