Réseau Natura 2000 va renforcer par les États membres

Les Etats membres ont validé le plan d'actions en faveur de la biodiversité présenté en avril 2017 par la Commission européenne. A l'occasion du Conseil environnement, ils se sont déclarés prêts à mieux appliquer les directives habitat et oiseaux.

Réunis en Conseil le 19 juin, les ministres de l'Environnement des 27 états membres de l'UE ont validé le plan d'actions en faveur de la biodiversité. Présenté en avril 2017 par la Commission européenne, ce plan vise à améliorer l'application des directives habitat et oiseaux. Ces deux textes constituent le socle de la politique européenne en matière de biodiversité. Ils se traduisent sur le terrain par le déploiement du réseau Natura 2000, une forme de protection accordée à certains territoires. Mais comme la Cour des comptes européenne l'a démontré en février 2017, ce réseau fonctionne mal. Le plan d'actions doit permettre de le relancer.

Un plan d'actions économiquement compatible

Les Etats membres ont globalement approuvé les 15 actions prévues par le plan. Ils reconnaissent que l'état de conservation d'un certain nombre d'espèces et d'habitats protégés par les directives, "en dépit de nombreux efforts, continue de faire fortement l'objet de pratiques non durables dans des secteurs économiques comme l'agriculture, la foresterie et la pêche". En cause ? Une mise en œuvre incomplète des directives européennes démontrée par l'audit réalisé par la Commission en mai 2015. Les Etats membres estiment que ce plan d'actions a du potentiel pour que l'UE se rapproche de son objectif 2020 d'arrêter et d'inverser la perte de biodiversité et les services écosystémiques.

Le plan d'actions prévoit de renforcer le réseau Natura 2000, en comblant les lacunes relatives au milieu marin, et d'aider les Etats membres à mettre en place les mesures de conservation nécessaires pour tous les sites. Les ministres européens ont d'ailleurs souligner "l'importance d'une plus grande participation des parties prenantes aux niveaux national, régional et local, compte tenu de la forte dimension territoriale des directives de la nature".

Les Etats ont également bien apprécié la mise à jour prévue d'ici à 2018 du document d'orientation sur les règles de protection des espèces et les plans d'action, "tout en assurant une plus grande cohérence entre les objectifs socioéconomiques plus larges de l'Europe et la politique de la nature". Le plan d'actions prévoit en effet de "concilier protection et activités économiques" en établissant notamment des lignes directrices sur les procédures d'octroi de permis dans les sites protégés.

Nouveaux soutiens financiers

Pour accompagner ces mesures, la Commission européenne prévoit un soutien financier : augmentation de 10% du budget du programme Life consacré aux projets en faveur de la conservation de la nature, encouragement de l'investissement du secteur privé grâce au mécanisme de "financement du capital naturel", partenariat entre la Commission européenne et la Banque européenne d'investissement (BEI) fournissant des prêts et des investissements sur mesure, amélioration des synergies avec la politique agricole commune (PAC).

Les Etats membres se sont félicités de ce soutien et encouragent les autorités nationales, régionales et locales à en bénéficier. "Les pénuries de financement constituent un obstacle majeur empêchant le réseau Natura 2000 de fournir pleinement ses bénéfices", estiment les Etats. Ils encouragent par conséquent la Commission à mettre en place un soutien "prévisible, adéquate, régulier et ciblé" et à réfléchir aux moyens d'intégrer la protection de la nature dans le financement de l'UE.

Un énième plan d'actions ?

Les ministres européens de l'Environnement se sont en outre déclarés satisfaits de la création d'une "Journée européenne Natura 2000" qui sera célébrée le 21 mai de chaque année par le biais d'événements de sensibilisation et d'activités à organiser dans l'ensemble de l'UE. L'occasion de sensibiliser à ce réseau qui date de 1992, année de parution de la directive Habitat, et à ses bénéfices. Dans un rapport de 2013 de la Commission européenne (PDF), les avantages du réseau Natura 2000 ont été estimés entre 223 et 314 milliards d'euros par an pour une mise en œuvre qui coûte 5,772 milliards d'euros par an pour l'UE (PDF).

Depuis 25 ans, l'UE tente donc de stopper la dégradation de sa biodiversité mais la dernière évaluation réalisée pour la période 2007-2012 démontre que seulement 16% des habitats naturels d'intérêt communautaire et 23% des espèces d'intérêt communautaire (hors oiseaux) sont en bon état de conservation au niveau européen. Ce nouveau plan d'actions va-t-il renverser la tendance ? La fédération France Nature Environnement en doute mais reconnaît des avancées et propose 15 actions supplémentaires : cartographier les zones, compléter le réseau, cibler les efforts sur les espèces menacées, développer les corridors écologiques pour que le réseau soit écologiquement fonctionnel… A bon entendeur.

Source : actu-environnement.com

0 Commentaires