Une baleine est retrouvée morte à cause de la pêche au crabe

Une autre baleine noire de l'Atlantique Nord a été retrouvée sans vie, flottant à la surface du golfe du Saint-Laurent.

Un organisme de protection des animaux marins dit avoir été informé mercredi de la présence de la carcasse, le huitième de cette espèce en voie de disparition depuis le 6 juin.

Dans une publication Facebook, la Marine Animal Response Society (MARS) dit collaborer avec le ministère fédéral des Pêches et le Réseau canadien de la santé de la faune pour réaliser une nécropsie sur la carcasse plus tard cette semaine.

Nouveau décès de #BaleineNoire dans le golfe du St-laurent. MPO & partenaires la remorquent pour une nécropsie dès que possible.

— MPO Golfe (@MPO_Golfe) 19 juillet 2017

La huitième baleine a été retrouvée dans le même périmètre que les autres, selon le Groupe de recherche et d'éducation sur les mammifères marins (GREMM).

La carcasse est actuellement remorquée vers l'île Miscou, dans la Péninsule acadienne, où une nécropsie pourrait être effectuée dès vendredi. Ce sera la sixième autopsie pratiquée sur les baleines noires au cours des trois dernières semaines.

Une autre baleine prise dans des filets

En plus de la carcasse de baleine, l'organisation fait aussi état d'une autre baleine empêtrée dans un filet dans le golfe du Saint-Laurent.

Ottawa a toutefois suspendu les efforts pour libérer les baleines noires piégées dans des gréements de pêche depuis la mort d'un bénévole dans le cadre d'une opération de sauvetage au large du Nouveau-Brunswick.

Autre #BaleineNoire empêtrée à l’Est du NB. Interruption momentanée des désempêtrements de baleines noires, aux fins de contrôle.

— MPO Golfe (@MPO_Golfe) 19 juillet 2017

La MARS soutient que Pêches et Océans Canada surveillera l'animal et consultera des experts pour déterminer la marche à suivre la plus sécuritaire.

La population mondiale de baleines noires de l'Atlantique Nord est estimée à 525 individus.

Que faire pour sauver les baleines ?

« Le défi dans un avenir très rapproché, cela va être de mettre en place des mesures de conservations appropriées pour cette nouvelle situation-là, c’est-à-dire la présence d’un nombre beaucoup plus important de baleines noires que ce qu’on croyait auparavant », explique le directeur scientifique du GREMM, Robert Michaud.

Certaines mesures sont déjà en vigueur pour tenter de sauver les baleines, comme l’identification des zones de cohabitations les plus intenses, la réduction de vitesse dans certains secteurs et la mise en place de systèmes d’alerte.

Robert Michaud propose également de développer des filets de pêche qui pourraient se briser sous la pression lorsqu’une baleine s’y retrouve, ou des alertes acoustiques pour envoyer les mammifères loin des zones dangereuses.

Source : ici.radio-canada.ca

0 Commentaires