Collèges français se mobilisent pour l’environnement

Une sensibilisation au tri sélectif a été faite avec le Syndicat Mixte Artois Valorisation (SMAV) fin août 2016, et des poubelles en carton dédiées au papier ont été disposées dans toutes les classes, pièces et bureaux.

Depuis un an, le collège des Louez Dieu a mis en place une politique anti-gaspi dans sa cantine. Chef cuistot, élèves et professeurs, tous sont acteurs de la démarche. Le premier bilan est très positif.

Jean-Pierre Julien, directeur du collège des Louez Dieu a mobilisé la société Api Restauration, ainsi que les personnels administratifs et pédagogiques du collège pour qu’ils soient partenaires d’un programme de réduction des déchets. Pour le chef d’établissement, le déclencheur du projet a été cette rencontre en 2016 avec une société de restauration qui vantait des économies par la maîtrise des déchets et le fait, que d’année en année, l’humanité consomme plus que ce que produit la planète.

collège-se mobilise-environnement

Une sensibilisation au tri sélectif a été faite avec le Syndicat Mixte Artois Valorisation (SMAV) fin août 2016, et des poubelles en carton dédiées au papier ont été disposées dans toutes les classes, pièces et bureaux. Au niveau du self, un îlot pour les entrées a été créé afin de faciliter la circulation des élèves et leur permettre de mieux évaluer les quantités. C’est 930 rationnaires (sur 1000 élèves au collège) qui doivent pouvoir déjeuner en une heure et demi maximum, tout en étant attentifs aux rations et au tri des déchets résiduels sur plateaux. Car, cela repose beaucoup sur la responsabilisation des élèves qui doivent manger tout le contenu des assiettes qu’ils se servent eux-mêmes. Jean-Pierre Julien a d’ailleurs aussi proposé au chef de cuisine de couper en deux les tranches de pain et de jambon. Une communication auprès des familles et des élèves a en outre permis de présenter le projet et le sens des nouvelles règles applicables au self.

9 tonnes d’aliments gaspillés, en moins

collège-se mobilise-environnement

Un an après, le bilan du projet est déjà très positif : avec un investissement somme toute très modéré, l’initiative du collège permet d’éviter 9 tonnes d’aliments gaspillés en une année. En outre, le SMAV a fourni trois composteurs et a sensibilisé le personnel en cuisine sur les déchets que l’on peut valoriser de la sorte. Le compost récolté permet d’enrichir le terrain pédagogique de 300 m2 dont dispose le collège. Et finalement, la société de restauration n’a pas augmenté ses tarifs cette année, signe qu’elle tire aussi probablement un bénéfice de ce projet.

Le premier objectif qui était de sensibiliser les jeunes au gaspillage alimentaire est atteint, et les jeunes ont bien intégré la démarche. À tel point que certains professeurs organisent des concours entre classes sur une semaine de production de déchets, et on peut imaginer l’usage pédagogique qui peut en être fait, en mathématiques par exemple, pour prolonger le challenge écologique.

Très impliqué dans la protection de l’environnement, Jean-Pierre Julien reconduit évidemment cette opération pendant l’année scolaire 2017 – 2018, et il reste ouvert à toute idée qui lui permettrait de développer son action envers l’environnement.

Et de conclure : «  Cela fait partie de notre mission éducative que de sensibiliser nos enfants aux problèmes environnementaux. D’autres établissements scolaires viennent nous voir, et je trouve que cela devrait être généralisé dans toutes les cantines. Le train est en marche et on ne peut pas revenir en arrière  ».

Le bilan du chef de cuisine

collège-se mobilise-environnement

Le Chef de cuisine, Monsieur Pecqueur, nous rappelle ses directives : demi-part de pain et demi-tranche de jambon, à volonté, légumes de saison, pour respecter l’environnement et manger ce que la terre donne localement, introduction progressive d’aliments moins néfastes pour l’environnement tels que les yaourts au soja, moins de vaisselle car les élèves conservent une seule assiette durant tout le repas…

«  Il a certes fallu une période d’adaptation en cuisine car les quantités ont changé, et il faut recommencer chaque année avec les nouveaux élèves, mais tout le monde est finalement enchanté  », apprécie-t-il.

L’avis de trois élèves de cinquième

collège-se mobilise-environnement

Mélissandre  : «  J’apprécie qu’on puisse se servir les quantités qu’on souhaite. C’est bien car la terre est moins polluée, et le collège est plus propre  ».

collège-se mobilise-environnement

Camille  : «  Je trouve ça bien qu’ils nous laissent nous servir et de lutter contre le gaspillage, même si les cuisiniers sont un peu sévères, ils surveillent ce qu’on met dans les poubelles  ».

collège-se mobilise-environnement

Liloé  : «  J’aime beaucoup prendre le dessert qu’on veut, et comme je n’aime pas le poisson du vendredi je peux prendre autre chose. Ça va vite malgré le monde…  »

 

0 Commentaires