Le Canada se classe 14e sur 16 pays pour sa performance environnementale

Presque au même moment en 2016, à la Maison du développement durable, au cœur de Montréal, une assemblée d’experts environnementaux a aussi donné des notes de « D » et « D- » à la Ville de Montréal pour ses efforts dans le domaine de l’environnement.

C'est surprenant, mais sur le plan national, en avril 2016, le Conference Board a donné au Canada une note misérable pour sa performance environnementale : « Le Canada écope d’un “D” et se classe 14e sur 16 pays, disait l’organisation économique, devançant seulement les États-Unis et l’Australie. »

Presque au même moment en 2016, à la Maison du développement durable, au cœur de Montréal, une assemblée d’experts environnementaux a aussi donné des notes de « D » et « D- » à la Ville de Montréal pour ses efforts dans le domaine de l’environnement. La réalité est donc la même à travers le pays et dans notre ville.

Comment se fait-il que Montréal ait accompli si peu pour l’écologie de son territoire ? L’explication est aussi claire que décevante. Depuis son élection en 2013, le maire Denis Coderre a démontré une indifférence totale vis-à-vis de l’environnement. Dans cette histoire, le diable est dans les détails, et il vaut vraiment la peine de les examiner pour voir l’énorme décalage entre les mots et les actions dans la gouvernance récente de Montréal.

Une attitude anti-environnementale ?

L’administration Coderre a commencé l’année 2014 en coupant 17 millions du budget triennal de 36 millions pour l’acquisition et la conservation des milieux naturels.

Cette diminution de 47 % était un signe brutal d’une attitude anti-environnementale.

Équipe-Coderre-environnement-D-

Très vite cependant, un virage à 180 degrés s’opérait. À la suite de pressions du public, le comité exécutif de Montréal a reconnu en 2015 que la ville avait besoin de 2000 hectares de milieux naturels de plus pour atteindre ses propres buts, et ainsi passer de 6 % à 10 % de son territoire en milieux naturels « conservés ».

Moins d’argent dans le budget municipal donc, mais plus d’ambition — en paroles, à tout le moins.

Le 15 juin 2016, M. Réal Ménard (responsable au Comité exécutif de Montréal du développement durable, de l’environnement, des grands parcs et des espaces verts) et M. Daniel Hodder (chef de division à la Direction des grands parcs et du verdissement de la Ville de Montréal) se sont réunis avec quatre membres de la Coalition verte de Montréal ainsi que Tommy Monpetit, militant environnementaliste de Longueuil.

M. Hodder a parlé de corridors de biodiversité, de gestion écologique, de mise en valeur d’une Trame verte, d’agrandissement des parcs-nature — toutes de nobles aspirations pour l’avenir, mais aucune réalisation déjà en place. Le projet « paysage humanisé », par exemple, mentionné par MM. Hoder et Ménard, concerne des terres agricoles sur l’Île-Bizard, mais cette initiative dépend du gouvernement provincial et elle n’a pas été bouclée à ce jour. L’administration Coderre aime cependant laisser l’impression que le projet est un fait accompli.

Dans cette même réunion de juin 2016 avec les environnementalistes, il y eut un moment de vérité : M. Hodder a admis que la Ville de Montréal a acquis seulement 61 hectares de milieux naturels depuis 2013 — une partie infime des 2000 hectares requis.

Il y a deux semaines, en 2017, la Ville de Montréal a confirmé de nouveau à la Coalition verte qu’elle n’avait acquis que 61 hectares depuis 2013.

Équipe-Coderre-environnement-D-

Au conseil municipal de Montréal du 21 août, j’ai questionné le maire Coderre au sujet de ce que j’ai appelé « la faillite environnementale » de son administration. M. Ménard a répondu pour lui, en citant ces mêmes données de 2016, mais sans répéter le vrai chiffre de seulement 61 hectares acquis.

Il faut voir la vérité en face — Montréal se classe au dernier rang des villes canadiennes pour les milieux naturels protégés par habitant. Il y a deux moyens de changer la donne : l’acquisition de milieux naturels et un usage très proactif des pouvoirs de zonage.

Équipe Coderre n’aime pas les acquisitions et elle a peur d’employer ses propres pouvoirs municipaux pour l’avancement de l’environnement.

Nous recevons donc les notes environnementales que nous méritons : « D » pour le Canada et « D- » pour Montréal.

0 Commentaires