Les peuples autochtones, victimes de discriminations et d’injustices

Aujourd’hui, les peuples autochtones vivent dans 90 pays et comptent environ 370 millions de personnes.

La Journée internationale des peuples autochtones a été décrétée par les Nations Unies en 1994 et est célébrée le 9 août à chaque année.

Les peuples autochtones sont les héritiers d’une grande diversité linguistique et culturelle, ainsi que de coutumes et de traditions ancestrales. Ils comptent pas moins de 5 000 cultures différentes et parlent la vaste majorité des quelque 7 000 langues de la planète. Les peuples autochtones partagent encore d'importants points communs, notamment les liens qu’ils entretiennent avec leurs terres ancestrales et leur environnement, de même que la volonté de préserver leur mode d’organisation, leurs valeurs culturelles, sociales et économiques, qui varient souvent des normes dominant dans les sociétés dans lesquelles ils vivent.

Les peuples autochtones sont victimes d’injustices

Depuis des décennies, les peuples autochtones demandent la reconnaissance de leur identité, de leur mode de vie, de leurs terres, territoires et ressources naturelles mais, malgré leurs efforts, ils continuent d’être victimes de discriminations et d’injustices.

La communauté internationale a reconnu que des mesures particulières devaient être mises en œuvre afin de protéger les droits fondamentaux des peuples autochtones. Malgré d’importants progrès enregistrés ces dernières années, la reconnaissance officielle et la mise en place de mesures adéquates restent des enjeux principaux au niveau mondial.

Pourquoi les peuples autochtones continuent à migrer ?

En raison de la perte de leurs terres, de leurs territoires et de leurs ressources, de nombreux peuples autochtones migrent vers les zones urbaines à la recherche de meilleures perspectives de vie, d'éducation et d'emploi.

Ils migrent également entre les pays pour :

  • échapper aux conflits ;
  • aux persécutions ;
  • aux impacts du changement climatique.

 

Selon le site un.org, malgré l'hypothèse répandue selon laquelle les peuples autochtones vivent majoritairement dans les territoires ruraux, les zones urbaines abritent désormais une proportion significative de populations autochtones. En Amérique latine, environ 40% de tous les peuples autochtones vivent dans des zones urbaines - voire 80% dans certains pays de la région. Dans la plupart des cas, les peuples autochtones qui émigrent trouvent de meilleures opportunités d'emploi et améliorent leur situation économique, mais ils s'éloignent de leurs terres et coutumes traditionnelles. De plus, les migrants autochtones sont confrontés à une myriade de défis, notamment le manque d'accès aux services publics et des niveaux supplémentaires de discrimination.
Le thème de 2018 se concentrera sur la situation actuelle des territoires autochtones, les causes profondes de la migration, les mouvements transfrontaliers et les déplacements, avec un accent particulier sur les peuples autochtones vivant dans les zones urbaines et au-delà des frontières internationales. Il explorera également les défis et les moyens de revitaliser les identités des peuples autochtones et encouragera la protection de leurs droits sur ou en dehors de leurs territoires traditionnels.

2019, Année internationale des langues autochtones

L’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution sur les droits des peuples autochtones, proclamant l'année 2019 telle que l’Année internationale des langues autochtones.

0 Commentaires