Nettoyons la Terre, notre « maison commune »

Le 15 septembre 2018, c’est la Journée mondiale du Nettoyage. La Journée mondiale du Nettoyage est organisée dans plus de 150 pays tout autour du monde.

Chacun est donc appelé, quelle que soit sa nationalité ou son lieu de résidence, à se remonter les manches et à se joindre à l’effort commun !

L’objectif de ce projet

L’objectif est de réunir 5% de la population mondiale : nettoyer la planète de ses déchets sauvages en 1 JOUR.
VALEURS : Universalité, convivialité, solidarité et respect.

La planète s’en trouve beaucoup plus propre

La journée mondiale du Nettoyage est un moment convivial pour nettoyer les plages, les forêts, les lacs, les rues de votre quartier… Ce mouvement solidaire naît dès l'aube au Japon pour aboutir à la fin de la journée sur les plages d'Hawaï.

Un mouvement né en Estonie

Cette journée est inspirée et menée par l’action « Let’s Do It! », née en Estonie : l’Estonie, en 2008, est parvenue à réunir 4% de sa population et à nettoyer, en quelques heures, 10 000 tonnes de déchets. Le mouvement, appelé Let’s Do It, s’est ensuite répandu dans le monde entier. En 2014, on dénombrait 7 pays ayant réuni plus de 5% de leur population en 1 journée (15% en Slovénie). De cette mobilisation massive est né le projet du World Cleanup Day 2018. A ce jour, plus de 130 pays ont créé leurs équipes pour y participer.

L’Europe et la protection de l'environnement

Selon le site rfi.fr, en mai dernier, la Commission européenne a proposé une directive pour interdire totalement des objets en plastique comme les assiettes, couverts, pailles ou coton tiges en plastique… Soit une dizaine de catégories de produits à usage unique, qui représentent à eux seuls 70% des déchets échoués dans les océans et sur les plages. En France, les gobelets et assiettes en plastique seront interdits dès le 1er janvier 2020.

 

Les religions : protéger et respecter l’environnement 

L’être humain a reçu le soin de s’occuper de la Nature, des animaux, des champs, d'en tirer profit. Comme le dit un verset de la Genèse, l'homme reçoit de Dieu la responsabilité de dominer la création (Genèse 1,28). Mais l’homme se doit de respecter la Nature. Il existe en effet plusieurs grands principes dans la Bible sur le sujet. Le respect des équilibres naturels est également très présent dans la Torah.

A l’occasion de la journée mondiale pour l’environnement en juin 2013, le pape François déclarait : « Chers frères et sœurs, Dieu a confié la création à l’homme et à la femme pour qu’ils la gardent et la cultivent. Cultiver veut dire prendre soin, avec attention, avec passion et dévouement. Parfois nous perdons notre capacité de contempler, de nous émerveiller devant la Création, car nous vivons dans un monde horizontal, qui s’éloigne de Dieu. Or la Création est un don qui nous est fait, que nous devons respecter, et non pas manipuler pour en tirer profit. Mais, « garder et cultiver » concernent aussi les relations entre les hommes. La personne humaine est aujourd’hui sacrifiée aux idoles du profit et de la consommation. Elle est trop souvent rejetée comme si elle était un déchet dont personne ne se préoccupe… Ecologie de l’environnement et écologie humaine vont ensemble. C’est en combattant la culture du rejet et du gaspillage qu’il est possible de devenir attentif à chacun, et de venir en aide aux besoins des plus pauvres. » Dans son adresse sur "l'état du monde" en janvier 2014 devant les diplomates accrédités au Vatican, le Saint-Père avait déclaré : « Dieu pardonne parfois, nous pardonnons parfois, mais lorsque la création est maltraitée, elle ne pardonne jamais ».

Dans l’univers, Dieu a tout créé. Dieu déclare, dans le Coran :

  • (54:49) : « Nous avons créé toute chose avec mesure. » 
  • (13:8) : « Allah sait ce que porte chaque femelle, et de combien la période de gestation dans la matrice est écourtée ou prolongée. Et toute chose a auprès de Lui sa mesure. »

Préserver l’environnement, un acte d’adoration en Islam

Bien que la position de l’Islam sur l’environnement soit fondée surtout sur l’interdiction d’abuser des dons de Dieu, elle est également fondée sur le développement durable. La préservation des ressources naturelles et le développement durable assurent la fertilité des terres et rendent possible une agriculture en harmonie avec la nature.

0 Commentaires