Le ministre François de Rugy vante la méthanisation du Pithiverais comme une des clés de la transition écologique

L'unité de méthanisation de Beauce Gâtinais Biogaz, à Escrennes, près de Pithiviers, a été inaugurée ce vendredi 9 novembre. Elle va produire à la fois du biogaz et du digestat qui servira d'engrais. François De Rugy, le ministre de la Transition écologique, a vanté ce mode de production d'énergie.

L'unité de méthanisation d'Escrennes, près de Pithiviers, a été inaugurée en grande pompe ce vendredi 9 novembre, en présence du ministre de la Transition écologique et solidaire François De Rugy et de la directrice générale d'Engie Isabelle Kocher. Engie porte ce projet, à 10 millions d'euros, avec la Sicap et la coopérative AgroPithiviers. C'est la première unité de méthanisation de ce genre dans le Nord Loiret. Elle aura mis neuf ans à voir le jour.

Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, a rappelé que parier sur cette unité, c'est "faire émerger une énergie renouvelable qui n'est pas intermittente, mais flexible. Le biométhane est un complément indispensable aux énergies renouvelables électriques." Le biogaz produit à Escrennes permettra d'alimenter environ 1.800 foyers en eau chaude et chauffage.

Accélérer le mouvement sur la méthanisation

"C'est un projet territorial qui permet de valoriser des gisements locaux", a-t-elle souligné. "Et de créer des emplois locaux, avec une utilisation de l'énergie en local." Et de mettre en avant également des revenus complémentaires pour les agriculteurs. Le monde agricole pourra aussi utiliser le digestat qui sort de l'unité de méthanisation, à la place des engrais chimiques.

Pour la directrice générale d'Engie, si on veut aller vers un monde zéro carbone, "il faut faire émerger une énergie renouvelable qui n'est pas électrique. "Accélérer le mouvement sur la méthanisation est une nécessité, "comme on l'a fait avec le solaire. Notre rôle de grand industriel est de faire décoller ces nouveaux modèles." Tout en rappelant que cette énergie doit être compétitive en terme de prix.

"La transition écologique passe par la diversification des modes de production"
FRANÇOIS DE RUGY (Ministre de la Transition écologique et solidaire)

Le ministre de la Transition écologique et solidaire a, lui, salué le "côté partenarial de ce projet. "François De Rugy a rappelé que le financement des énergies renouvelables représente 7,3 milliards d'euros pour l'Etat. Dans le cadre de l'objectif de réduction des gaz à effet de serre, la méthanisation est une des clés. "En France, il y a 500 méthaniseurs, en Allemagne 8.000. Aujourd'hui, il faut savoir ce que l'on veut. Trois millions de Français se chauffent encore au fuel. Si on devait les chauffer avec du biogaz, il faudrait 1.500 méthaniseurs." Au même titre que l'éolien et le solaire, le biogaz "n'enrichit pas les producteurs de pétrole. Nous voulons libérer les Français du pétrôle." 

Pour le ministre, ce méthaniseur d'Escrennes est le symbole d'un "cercle vertueux, de l'économie circulaire. La transition énergétique passe par la diversification des modes de production. Et pour que cette transition se fasse, nous avons besoin des agriculteurs, des PME comme des grandes entreprises qui sont capables de mobiliser des financements et d'investir dans la haute technologie."

"Le premier pilier de la transition énergétique, c'est la sobriété."
CHARLES FOURNIER (Vice-président de la région Centre-Val de Loire délégué à la Transition écologique)

Si Charles Fournier, vice-président délégué à la Transition écologique, a bien sûr salué cet équipement, il a aussi rappelé qu' "en 2017, les émissions de gaz à effet de serre avaient augmenté de 3%. Quant à la production d'énergies renouvelables, elle peine à décoller. Il ne faut pas oublier l'état du monde. Le premier pilier de cette transition énergétique, c'est la sobriété."

0 Commentaires