En Normandie, la pollution de l’air responsable de 2 600 décès prématurés chaque année

En Normandie, la pollution de l'air aux particules fines cause 2 600 décès prématurés, soit des personnes qui décèdent avant l’âge de l’espérance de vie, chaque année. Précisions.

La pollution de l’air due aux particules fines serait responsable de 48 000 décès prématurés, soit des personnes qui décèdent avant l’âge de l’espérance de vie, chaque année en France, dont 2 600 en Normandie, selon la dernière étude de Santé publique France, l’agence nationale de santé publique.

Troisième cause de décès, après le tabac et l’alcool

Cette pollution, liée aux activités humaines (transports, industrie, chauffage avec des énergies fossiles comme le fuel, agriculture..), correspond à 9% de la mortalité en France continentale. L’étude montre notamment que « le fardeau de la pollution de l’air se situe au troisième rang, derrière celui du tabac (78 000 morts) et de l’alcool (49 000 morts) », peut-on lire dans l’étude.

La Normandie n’est cependant pas pire qu’une autre région et « se situe dans la moyenne », assure Kévin Massit de l’Atmo Normandie, l’association en charge de surveiller l’air de la région normande.

Nous vivons dans un climat favorable pour la qualité de l’air avec du vent et de la pluie, qui fixe au sol la pollution. Par contre, nous subissons les pollutions du Benelux et de l’Île-de-France, ainsi que les activités industrielles que l’on génère, notamment en ex-Haute-Normandie, précisait Véronique Delmas, dans un de nos articles sur la pollution normande en 2016. 

Le polluant le plus présent en Normandie, ce sont les particules fines. Ces particules sont un mélange de compositions chimiques issues du chauffage, des pots d’échappement, des industries, des travaux agricoles…

« Les pollutions fonctionnent par saison, l’hiver avec les chauffages, on aura donc plus de pollutions à particules fines. L’été, avec le soleil, ce sera plutôt l’ozone… À cela, il faut ajouter le dioxyde de souffre qui provient de l’industrie et l’azote du trafic automobile », indique Kévin Massit.

Quels sont les endroits les plus pollués en Normandie ?

Sans surprise, ce sont les grandes villes qui concentrent les pollutions en Normandie. « À proximité des axes routiers importants, l’air se dégrade très vite », précise l’Atmo Normandie.

Voici les lieux les plus pollués en Normandie :

  • Le périphérique de Caen, souvent congestionné, qui traverse le centre-ville, est l’un des axes routiers les plus polluants.
  • L’A13, notamment pendant les grands mouvements routiers, lors des départs en vacances.
  • Le périmètre situé à Rouen entre le pont Guillaume-Le-Conquérant et le boulevard des Belges.
  • Le site Quai du Havre affichent régulièrement un dépassement de la valeur limite européenne.
  • Il y aussi des zones de sur-émissions à proximité d’industries au Havre comme à Rouen. 

Le saviez-vous ? L’endroit où l’on respire l’air le plus toxique, c’est dans notre propre voiture, quand les fenêtres sont fermées ! Et c’est encore pire dans les embouteillages. Un cycliste dans des bouchons sera moins intoxiqué qu’un automobiliste. À vos vélos !

0 Commentaires