Zones humides : des écosystèmes qui accueillent une grande biodiversité

Le 2 février de chaque année est la journée mondiale des zones humides.

Cette journée, depuis 1997, est consacrée à la sensibilisation du grand public aux zones humides. La journée mondiale des zones humides célèbre l'anniversaire de la signature de la convention de Ramsar (Iran), par 157 pays, le 2 février 1971.

Des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l’occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier.

Thème 2019

Le thème 2019 de la journée mondiale des zones humides, choisi par le bureau de la convention de Ramsar, est « Zones humides et changement climatique ».

Une zone humide : c’est quoi ?

Une zone humide est un endroit où le sol est inondé ou plein d'eau au moins une partie de l'année assez importante pour que cela provoque le développement d'une végétation spéciale qui y est adaptée. Les zones humides sont des écosystèmes qui accueillent souvent une très grande biodiversité. Les zones humides ne couvrent qu'environ 2,6 % de la planète et jouent pourtant un rôle hydrologique de premier plan.

Définition officielle d'une zone humide

Selon le site encyclo-ecolo.com, une définition des zones humides a été faite par la convention de Ramsar du 2 février 1971 sur le zones humides d'importance internationale, en tant qu’habitats des oiseaux d'eau :

« Les zones humides sont des étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est stagnante ou courante, douce, saumâtre ou salée, y compris des étendues d'eau marine dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres ».

En France, une autre définition des zones humides a été donnée par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 :

« On entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d'eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l'année ».

Convention de Ramsar : de quoi s'agit-il ?

Selon le site ramsar.org, la Convention sur les zones humides, appelée Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources.

Nombre de Parties contractantes : 170
Nombre de Sites Ramsar :  2,339
Surface totale de sites désignés :  252,054,231 ha

 

Cliquez ici pour voir la déclaration de Martha Rojas Urrego, secrétaire générale de la Convention de Ramsar sur les zones humides :

« Les zones humides : une solution naturelle pour les changements climatiques »

Les bénéfices des zones humides

Le site notre-planete.info. Les fonctions économiques : Des zones humides dépendent de nombreuses activités économiques comme l'aquaculture, la pêche, la production d'osier, de sel, de tourbe, le tourisme...

Les fonctions hydrologiques : Les zones humides participent au stockage et à la restitution progressive de grandes quantités d'eau en jouant le rôle d'une éponge.

Les fonctions dépolluantes : Les zones humides contribuent à l'amélioration de la qualité de l'eau en agissant comme un filtre épurateur en favorisant les dépôts de sédiments, le piégeage de substances dangereuses par les végétaux comme les nitrates et les phosphates à l'origine de l'eutrophisation des milieux aquatiques. De plus, elles absorbent de bonnes quantités de toxines dangereuses, de pesticides agricoles et de résidus industriels et miniers.

Les fonctions biologiques : Bien qu'elles ne couvrent que 3 % du territoire français, les zones humides recèlent des trésors floristiques et faunistiques puisqu'elles hébergent environ un tiers des espèces végétales remarquables, et la moitié des espèces d'oiseaux français.

Les fonctions climatiques : Les zones humides influencent localement le climat de par les phénomènes d'évaporation d'eau au travers les terrains et la végétation (on parle d'évapotranspiration) qui les caractérisent. En contre partie, nous l'avons vu, elles peuvent aussi modérer les effets des sécheresses en restituant de l'eau aux nappes phréatiques.

Types de zones humides

Il y a plusieurs types de zones humides, soit par leur origine, leur taille ou leur fonctionnement, comme :

  • Les tourbières, où des restes de plantes s'accumulent au fil des siècles et forment de la tourbe ;
  • Les mares qui sont souvent des petites zones humides ;
  • Les deltas de fleuves qui forment de grandes zones humides ;
  • Les mangroves qui sont des forêts en partie dans l'eau en bord de mer en région tropicale.

Quelques zones humides célèbres :

  • Les Everglades, en Floride ;
  • Le delta de l'Okavango ;
  • Le Pantanal, en Amérique du Sud, est la plus grande zone humide au monde ;
  • La Camargue en France.

Stoppons la perte des zones humides

  • Restaurons !
  • Conservons !
  • Utilisons-les rationnellement !
  • Ne les drainons pas !
  • Ne construisons pas dessus !
  • Ne les dégradons pas !

Le saviez-vous ?

  • Depuis 1900, plus de 64 % des zones humides dans le monde ont été asséchées ou perdues.
  • En 2018, plus de 2 200 zones humides d'importance internationale étaient désignées en « sites Ramsar ».
  • La France a actuellement 48 sites inscrits sur la Liste des zones humides d’importance internationale (Sites Ramsar), ayant une superficie totale de 3,714,382 hectares.

0 Commentaires