A Strasbourg, des drones au service de l'environnement

Des prototypes de drones testés par une association de contrôle de qualité de l'air dans le Grand Est permettent de mesurer la pollution et distinguer son origine.

Un drone décolle lentement au-dessus des champs enneigés de Strasbourg, accompagné d'une multitude de capteurs. C'est un véritable laboratoire miniature qui s'élève dans les airs : grâce à ces fameux capteurs dont il est équipé, ce drone peut mesurer le nombre de particules présentes dans l'air, partout où il passe.

Remonter jusqu'à la source de la pollution

L’association de contrôle de qualité de l’air ATMO Grand Est s’est procurée certains de ses prototypes, élaborées par une entreprise spécialisée dans cette technologie. Grâce aux appareils, ATMO Grand Est effectue actuellement des tests dans la région.

"L'air va pénétrer par cette entrée, cette petite cheminée, va traverser un tuyau, une chambre optique, un laser va traverser cette chambre optique, deux diodes vont récolter l'information, qui va être traité", explique au micro de BFMTV Jean Allain, président et pilote d'affrètement Drone Environnement.

Moins encombrants que les moyens habituels, les drones permettent aussi de remonter jusqu'à la source de la pollution. Sur un site industriel ou près d'un axe routier, le vent se charge en particules et l'appareil capte ces variations.

"Les mesures actuelles se font avec du matériel lourd et précis"

"Avec un système de rideau, on peut savoir les particules qui rentrent, les particules qui sortent, dans une situation de constante. Ça peut donner des renseignements très intéressants, sur ce que l'on estime être polluant, est-ce que ça vient d'ici… On pourra remonter, grâce au drone, à la source", poursuit-il.

"Les mesures de particules, actuellement, se font avec du matériel qui est lourd et précis. Mais cette technologie de drone va nous permettre de mesurer plus rapidement dans des endroits plus inaccessibles", donne pour exemple Raphaèle Deprost, responsable de projet chez ATMO Grand Est.

En cette période hivernale, deux sources de pollution ont été mesurées : le chauffage domestique et l'activité industrielle.

0 Commentaires