Les stocks d'ivoire pourraient contrecarrer l'interdiction de vente gouvernementale en Chine

La Chine a franchi une étape historique pour interdire le commerce de l'ivoire d'ici la fin de 2017, mais les militants ont averti que les stocks légaux d'ivoire pourraient devenir un problème.

En 2008, la Chine a importé légalement 62 tonnes de défenses d'éléphant de quatre pays africains, sur la base de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction, l'une des quatre sources légales en Chine.

Pour freiner la demande, l'administration forestière d'État a indiqué qu'elle a mis seulement 5 tonnes par an sur le marché à destination des fabricants.

Cependant, la consommation réelle d'ivoire légal est moindre. Selon un expert d'une ONG internationale qui s'est exprimé sous condition de l'anonymat, seulement 2 ou 3 tonnes environ ont été traitées et vendues chaque année.
Cela signifie que 40 tonnes d'ivoire légal étaient en stock à la fin de l'année dernière, mais les fabricants ne pourront plus les utiliser ou les vendre après le 31 décembre de cette année.

Selon un avis publié par le Conseil des affaires de l'État, « les produits d'ivoire légalement produits peuvent être... présentés... transportés, donnés et hérités ».

Les responsables de l'administration n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Mo Junhao, directeur général adjoint de l'usine de travail d'ivoire Daxin de Guangzhou, dans la province du Guangdong, a pour sa part déclaré qu'il n'a reçu aucun avis des autorités locales, mais qu'il « suivra simplement les ordres du gouvernement ».
Quant à son stock restant et comment le traiter, il a indiqué qu'il ne pouvait pas partager cette information avec les médias.

Zhou Fei, responsable du bureau chinois de Traffic, une ONG qui surveille le commerce mondial des espèces sauvages, estime quant à lui que, selon le Conseil des affaires de l'État, il est peu probable que le gouvernement rachètera l'ivoire.

« Quand le gouvernement chinois a interdit la transformation et la vente des os de tigre, le gouvernement n'a pas acheté ou détruit les os de tigre », a souligné M. Zhou. Dès le mois de mai 2015, Zhao Shucong, ancien directeur de l'administration forestière de l'État, avait annoncé que la Chine allait interdire le marché légal de l'ivoire.

« Si les sites de transformation et de vente ne peuvent pas trouver d'acheteurs avant la fin de cette année, alors il y a une raison de s'inquiéter où les stocks vont aller », a déclaré M. Zhou.

Aili Kang, directrice exécutive du programme Asie de la Wildlife Conservation Society, a déclaré que si le gouvernement ne rachète pas les stocks, il y a une forte possibilité qu'il aille sur le marché noir et sape la mise en œuvre de la politique ; elle a en conséquence suggéré au gouvernement d'enregistrer et de sceller toutes les collections légales de produits en ivoire et tout l'ivoire brut.

Source : peopledaily.com.cn

0 Commentaires