Des alertes aux « écogestes » ou comment faire appel aux particuliers ?

Avec une consommation d'électricité qui pourrait tutoyer les 100 gigawatts en milieu de semaine, proche du record historique de 2012, tous les moyens sont bons pour tenter d'inciter les quelque 32 millions de sites résidentiels à modérer leur demande d'électricité ces prochains jours et ainsi d'éviter les coupures.

Vendredi, le ministère de l'Énergie avait convoqué les fournisseurs d'énergie pour assurer une communication coordonnée autour des « écogestes » (reporter l'usage de la machine à laver, débrancher les appareils en veille, etc.), ces petits réflexes du quotidien censés économiser plusieurs gigawatts de consommation aux heures critiques de la journée (entre 8 heures et 13 heures puis entre 18 heures et 20 heures). EDF, fort de ses 87 % de part de marché, temporise encore.

« Pour l'instant, nous n'avons pas mis en oeuvre de communication, nous regarderons en fonction de l'évolution de la situation », indique-t-on chez l'électricien public. « Si une tension se confirme, nous serons en mesure d'activer tous nos canaux classiques, comme le Web, les conseillers clientèle, les e-mails ou les réseaux sociaux. »

Le groupe Engie, qui compte 3 millions de clients dans l'électricité, a également participé à la réunion de vendredi au ministère avec RTE. « Pour l'instant, nous n'avons pas prévu de communication spécifique à l'intention de nos clients, mais nous restons mobilisés », indique une porte-parole.

En matière d'alertes, le secteur de l'énergie apparaît ainsi moins avancé que le secteur aérien ou le train. « C'est un peu la particularité du système électrique : jusqu'à présent on appuyait sur le bouton et ça marchait tout le temps, donc il n'y a pas eu besoin d'informer les clients », juge Fabien Choné, directeur général délégué de Direct Énergie. « Mais si on peut voir une vertu à cette crise, c'est qu'on prend conscience de la valeur de la capacité de production, de l'effacement de consommation et de la flexibilité. »

L'entreprise, qui affiche 1,2 million de sites clients résidentiels en électricité, a lancé #TousAuCourant, dont les inscrits demandent à être informés en cas de problème. Le tout jeune ekWateur, arrivé sur le marché il y a quatre mois et qui ne compte que 4.300 compteurs client, a aussi lancé l'opération Night Watch, qui relaie par SMS les pics de consommation, même à ceux qui ne sont pas ses clients. « L'objectif est d'animer une communauté et d'être collaboratifs. Nous avons envie de cibler les gens prêts à faire des efforts », explique Julien Tchernia, fondateur et ancien de Lampiris. Ces opérations ne seront pas perdues : Direct Énergie ciblera en priorité les inscrits aux alertes pour leur proposer à terme des services d'effacement de consommation.

Effet global limité

En théorie, un fournisseur n'a pas intérêt à inciter ses clients à réduire leur consommation. « Mais on n'a jamais intérêt à ce que les prix s'envolent », explique Fabien Choné. L'effet global risque toutefois d'être limité. Le gestionnaire du réseau RTE estime que ses alertes aux « écogestes » pourraient réduire de 2 à 3 GW la consommation cette semaine.

C'est beaucoup moins que ce que permettaient les tarifs EJP et Tempo, qui ont progressivement été abandonnés par EDF ces dernières années. En faisant payer l'électricité beaucoup plus cher les 22 jours les plus froids de l'année en contrepartie de tarifs meilleur marché le reste de l'année, ils incitaient directement les abonnés ayant choisi ces options à réduire leur consommation.

Source : lesechos.fr

0 Commentaires