La pollution plastique est une réalité plus qu’évidente en République Démocratique du Congo, RDC.
La rentrée de classe sans déchets plastiques en RDC

INTRODUCTION

Plus d’un milliard d’enfants vivent dans des zones où la fréquence des inondations est extrêmement élevée et 160 millions dans des zones sujettes à des sécheresses graves ou extrêmement graves, ce qui les rend très vulnérables aux effets du changement climatique a dit l’UNICEF dans un rapport publié peu avant la 21eme conférence des Nations Unies sur le changement climatique, COP21 (UNICEF, 2021).  Les contraintes des niveaux d’éducation plus faibles font que les enfants et les adolescents n’ont pas souvent des connaissances approfondies sur la gestion et la conservation de la nature, l’utilisation des déchets plastiques ainsi que leur conséquence néfaste sur l’environnement.  Comme les femmes et les hommes utilisent les ressources différemment, ils ne sont pas nécessairement touchés de la même façon par la perte de biodiversité. Les enfants et les adolescents sont généralement vulnérables, que les adultes au changement climatique et aux catastrophes naturelles. 

Les changements climatiques se traduisent par davantage de sécheresses, d’inondations, de vagues de chaleur et autres phénomènes météorologiques extrêmes, ce qui peut contribuer à la propagation croissante des principales causes des décès d’enfants, comme la malnutrition, le paludisme et les maladies diarrhéiques. Cela peut également former un cercle vicieux : un enfant privé d’installations d’eau et d’assainissement adéquates avant une crise sera plus touché par une inondation, une sécheresse, ou des tempêtes violentes, aura moins de chances de se remettre rapidement, et sera encore plus en danger face à la crise qui en résultera (UNICEF, 2021).  Il est essentiel de comprendre la manière dont les enfants et les adolescents issus de milieux sociaux, culturels et économiques différents interagissent avec les écosystèmes naturels et les utilisent pour assurer la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité ainsi que pour faire garder leur environnement propre et sans déchet plastique.  

Les connaissances des adolescents et enfants sont précieuses pour assurer la conservation efficace et l’utilisation durable de la biodiversité. Dans ce contexte, les filles et les garçons, à la technologie et aux services doivent être prises en compte.  

De la même manière que le monde s’est mobilisé pour protéger les mers et leurs écosystèmes de la pollution due aux plastiques et aux micro plastiques nous devons nous mobiliser pour protéger notre ressource la plus précieuse, la santé de nos enfants, de la menace croissante des déchets plastiques (Adhanom G., 2021). 

La pollution plastique est une réalité plus qu’évidente en République Démocratique du Congo, RDC. En effet, la RDC produit 48.154 Kilos de plastique par jour, dont 85 % sont mal gérés. Les quelques 10 millions d’habitants de Kinshasa produisent chaque jour 7.000 tonnes de déchets, soit près de 260 kilos par habitant chaque année. Les rivières du fleuve Congo traversant la Ville de Kinshasa sont submergées par des bouteilles en plastique, les eaux n’y ruissellent que difficilement. Les bouteilles en plastique, les bouchons de bouteilles, les emballages alimentaires, les sacs plastiques, les couvercles, les pailles en plastique sont des produits couramment utilisés à Kinshasa et dans les autres villes de la RDC. Ces déchets en plastique sont par la suite jetés dans les poubelles, dans les caniveaux et dans les cours d’eaux entraînant des conséquences fâcheuses tant sur l’écologie, que sur la santé humaine. La population et l’environnement abiotique subissent des lourds dommages du fait de cette pollution plastique au vu et au su des autorités congolaises (Mihigo, 2019).  
 
Menace et risques sur l’écosystème, la vie des enfants et des adolescents

Souvent les enfants ne sont pas même conscients des risques environnementaux auxquels la planète est exposée, étant donné que les plastiques peuvent rester très longtemps dans le sol, sous-sol, le fleuve, océan, lac, … et ne manifester leurs effets que bien plus tard. Ainsi, sans le savoir, ils peuvent mettre en danger leur santé, voir les exposer à des effets nocifs qui les accompagneront toute leur vie. A Kinshasa, les amas de déchets constituent une zone de prolifération de mouches et autres insectes qui peuvent propager les maladies d’origine fécale. Les rats se nourrissent de résidus. Les moustiques se développent dans les eaux de ruissellement collectées dans les récipients vides (Lelo et al, 2020).  Plusieurs usagers s’interrogent sur la politique de gestion de ces déchets plastiques en RDC. Des déchets perçus comme l’emblème des habitudes des consommateurs : utiliser, jeter et oublier. Ces déchets ont qu’une seule destination finale : l’océan Atlantique via le fleuve Congo. Les rivières ‘‘Kinoises’‘ affichent à leurs bords une grave pollution plastique qui durera plusieurs années. La gestion de ces déchets constitue un autre défi environnemental à relever dans la conception des villes durables (CEAE, 2019).

Conclusion

La problématique des déchets plastiques en RDC doit être prise en compte dans le secteur de l’éducation. Les déchets plastiques constituent une menace pour l’écosystème et un danger majeur pour la vie des enfants et des adolescents. Les cours sur la menace des déchets plastiques apparaissent comme une option adaptée à la sensibilisation des enfants et des adolescents dans l’éradication des déchets plastiques et leur danger sur l’écosystème. Il faudrait éveiller la conscience des enfants et adolescents sur les effets du Changement Climatique et les moyens possibles pour mettre fin à la pollution plastique. Nous recommandons aux autorités du pays d’adapter notre système éducatif aux enjeux sur le changement climatique en dotant les élèves des connaissances approfondies sur la gestion et la conservation de l’écosystème et à tous les acteurs œuvrant dans le domaine de l’écosystème de sensibiliser les enfants, les adolescents et les parents sur les questions liées à l’écologie.

 

Références bibliographiques

The climate is a child Right crisis : Introducing the Childrens Climate Risk Index. New York : United Nations Children’s Fund (UNICEF), 2021. A repport for UNICEF, 2021.   
Lelo, N. ; Holy H. M. ; Pius M.; Alfred K., 2020. Gestion des déchets ménagers dans la ville de kinshasa : Enquete sur perception des habitants et propositions. Déchets Sciences et Technique N°83 Mars 2020. 
Tedros, A. G. ; La santé de millions d’enfants menacée par les déchets électroniques, 2021. A repport for OMS, 2021.  
Mihigo, B. P.; Combattre la pollution plastique  en RDC: les défis des recentes reglémentations en la matière. IUCN WCEL International, Regional and National Report, 2019. 
Collectif des Eco-activistes pour l’Environnement (CEAE): Pollution plastique dans les rivières de la ville de Kinshasa. A repport 2019. 

 

Rosalie BATENDE M.

Ir Agronome 

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth