Christophe Grébert

Le 21 avril 2002, le choc du 1er tour de l'élection présidentielle je décide à m'engager citoyennement. Inspiré par l'expression "Penser global, agir local", j'ouvre ce blog sur ma ville. En 2008, cela m'amène à me présenter à l'élection municipale avec un projet de rassemblement. Je suis depuis un élu de Puteaux, dans l'opposition. Mon objectif : construire une alternative avec tous les Putéoliens désirant défendre les valeurs de la démocratie et l'éthique en politique.

Interview avec Christophe Grébert
Cette interview a été réalisée par Melania Giordano
Photographie éditée : ©Tired Earth France

1. Quelle est votre priorité ? La politique ou l'environnement ?

Faire de la politique, c'est agir pour le collectif, pour le bien commun et le vivre ensemble. Agir pour l'environnement, c'est aussi agir pour notre bien être à tou.te.s. Pour moi, l'un n'est donc pas prioritaire par rapport à l'autre. Les 2 vont ensemble.

Nous ne réglerons pas les problèmes environnementaux que par des actions individuelles, chacun dans son coin. Il faut changer et adapter les lois, mettre en place de nouvelles règles.

2. Au tant qu'élu à Puteaux, qu'avez-vous fait pour protéger l'environnement ?

Dans une commune, un élu d'opposition a d’abord un rôle d'alerte, quand la majorité municipale prend de mauvaises décisions ou qu'elle n'agit pas pour résoudre tel ou tel problème. 

L'opposition est là aussi pour proposer des idées et préparer l'alternance. C'est ce que nous avons fait, avec ma collègue Bouchra Sirsalane (@bsirsalane sur Twitter) : tout au long de notre mandat, nous avons avancé une proposition chaque mois pour améliorer le bien-être de la population (www.monputeaux.com/bien-etre/) et l'environnement dans notre ville.

Par exemple, nous avons poussé la municipalité à proposer de l’alimentation bio et locale dans les cantines scolaires (www.monputeaux.com/bio/). Pensez que le pain servi aux écoliers de Puteaux est un pain industriel et congelé ! N'a-t-on pas la possibilité de commander chaque jour du pain à un boulanger ? Pour gagner quelques centimes, on sert de la mauvaise nourriture à nos enfants. 

Dans les discours politiques, il est demandé à chaque citoyen de faire des efforts pour mieux consommer, pour moins polluer, trier ses ordures, etc. Or, on se rend compte que les municipalités ne respectent pas ces conseils et sont en fait bien souvent soumises aux groupes industriels.

Prenons l’exemple de la propreté de nos rues. A Puteaux, on utilise de gros engins pour nettoyer quotidiennement les trottoirs. Le maire nous explique que cela nécessiterait 2 fois plus d'employés sans ces machines. Mais que défend le maire en nous répondant cela ? L'intérêt des habitants - qui subissent la pollution de ces engins, le bruit et des encombrements (www.monputeaux.com/2006/09/a_vous_la_parol_1.html) - ou les sociétés de nettoyage qui cherchent avant tout à faire des marges en mécanisant exagérément ?

3. Quels sont vos plans environnementaux pour l'avenir de Puteaux ?

Pendant notre mandat qui s’achève, nous avons beaucoup réfléchi et nous avons proposé des solutions pour améliorer concrètement l’environnement à Puteaux. Mais nous pensons que le prochain mandat municipal, de 2020 à 2026, sera primordial. Cela devra être celui de la transition. 

Au cours des 6 prochaines années, les collectivités devront prendre des décisions importantes pour assurer notre avenir : remettre de la nature en ville (www.monputeaux.com/nature-en-ville/), repenser les mobilités (comme développer le vélo : www.monputeaux.com/velo/ ) ou bien encore stopper les gaspillages (www.monputeaux.com/gaspillage/)…

A Puteaux, une liste citoyenne pour les élections municipales du mois de mars se met en place (www.monputeaux.com/municipale-2020/). Elle est soutenue notamment par EELV. Je pense qu'elle arrivera en tête, car ces sujets sont désormais la principale préoccupation d'une grande partie de la population. 

Selon moi, la protection de l’environnement est même aujourd'hui la seule question qui compte. La seule qui peut motiver beaucoup de citoyens à aller voter : comment faire en sorte que notre avenir soit meilleur. Car si notre Terre est polluée et devient en grande partie inhabitable, comment pourrions-nous avoir un futur ?

4. Un conseil pour Tired Earth ?

Vous devez faire comprendre à vos lecteurs que l'action individuelle (trier, moins consommer, manger bio...), c'est bien, mais que seule l'action collective peut permettre de vraiment changer les choses. Je dirai à vos lecteurs d’aller voter aux élections municipales et de soutenir les nombreuses listes citoyennes et écologistes qui se mettent en place.

comments (0)
17 + 2 =

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth