Jens Villumsen

Président de « Libres ! Jeunes ». Engagé à droite aux côtés de Valérie Pécresse.

Interview avec Jens Villumsen
Cette interview a été réalisée par Melania Giordano
Photo éditée : ©Tired Earth France

  • En tant que président de « Libres ! Jeunes », quelles mesures environnementales avez-vous prises jusqu'à présent ?
  • Êtes-vous optimiste sur l'avenir de la planète et de l'environnement de la France ?
  • Le gouvernement soutient-il suffisamment les mouvements environnementaux ?

L’objectif principal de Libres est de réoxygéner la droite en travaillant notamment sur les thématiques qui ont été délaissées par notre famille politique. L’écologie en fait parti. Nous avons pour ambition de proposer une véritable écologie de droite qui soit à la fois vecteur de croissance et à la hauteur des enjeux pour lutter contre le dérèglement climatique. Dans cette optique, Libres a organisé l’année dernière un colloque “pour fonder une écologie positive” et l’environnement était au cœur des discussions des tables rondes de la rentrée politique de Valérie Pécresse à Brive cet été. A la Région Île-de-France, Valérie Pécresse a mis l’écologie au cœur de son action : désormais 1 euro sur 2 dépensé par la collectivité a un impact directement positif sur l’environnement notamment en déployant des bus 100% propres, en expérimentation de nouvelles techniques pour dépolluer l’air dans le métro ou encore en adoptant une stratégie régionale contre les perturbateurs endocriniens. Au niveau des jeunes, nous allons mettre en place des groupes de travail pour accompagner cette réflexion et nous baser sur les solutions concrètes mises en place dans nos territoires.  

Quand on s’engage dans le débat public c’est parce qu’on sait que l’action politique peut changer les choses. Là où il y a une volonté, il y a un chemin. Dès lors les discours défaitistes et apocalyptiques ne sont pas les bienvenues. Au contraire, il faut se retrousser les manches et avancer pour faire face aux défis de notre siècle.

L’écologie ne peut réussir que si elle est acceptée de tous. A chaque fois qu’un gouvernement a essayé d’imposer une écologie punitive, il s’est heurté à un mouvement d’opposition de grande ampleur. On se souvient tous de la mobilisation des bonnets rouge contre l’éco-taxe ou celle des gilets jaunes initialement contre la hausse des taxes sur le carburant. Il faut au contraire mettre en place une écologie positive, incitative et construite avec les collectivités territoriales et les entreprises privées. Le défi climatique sera relevé collectivement. La recherche sera la clé. Beaucoup stigmatisent la voiture aujourd’hui mais la voiture de demain sera silencieuse et non polluante. La question n’est donc pas d’interdire la voiture comme le souhaite, par exemple, Anne Hidalgo mais d’arriver à produire des véhicules 100% propres.

comments (0)
4 + 3 =

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth