Joël Labbé

Joël Labbé, né le 18 octobre 1952 à Saint-Nolff dans le Morbihan, est un homme politique français.

Après avoir abandonné ses études à 20 ans, il devient technicien dans un laboratoire de contrôle alimentaire.

Il obtient son premier mandat électoral en entrant au conseil municipal de sa commune natale à la suite des élections municipales françaises de 1977. Il devient maire de Saint-Nolff en 1995 puis conseiller général, élu dans le canton d'Elven.

Il est élu sénateur lors des élections sénatoriales de 2011. Il abandonne son mandat de conseiller général à la suite de cette élection.

Il est à l'origine de la loi visant à mieux encadrer l’utilisation des produits phytosanitaires sur le territoire national dite « loi Labbé ».

Le 4 décembre 2016, il quitte EELV.

Le 24 septembre 2017, il est réélu sénateur à la tête de la liste (divers gauche) « Morbihan en transition ». Il choisit ensuite de siéger au sein du groupe du Rassemblement démocratique et social européen, en tant que rattaché administratif.

Mandats

Sénateur
Depuis le 1er octobre 2011 : Sénateur du Morbihan

Conseiller général
18 mars 2001 - 16 mars 2008 : membre du Conseil général du Morbihan (élu dans le canton d'Elven)
16 mars 2008 - 30 septembre 2011 : membre du Conseil général du Morbihan

Conseiller municipal / Maire
25 juin 1995 - 18 mars 2001 : maire de Saint-Nolff
18 mars 2001 - 16 mars 2008 : maire de Saint-Nolff
16 mars 2008 - 23 mars 2014 : maire de Saint-Nolff

Interview avec Joël Labbé
Cette interview a été effectuée par Melania Giordano

1. Dans votre carrière, quelle est votre réussite la plus significative en tant que Sénateur écologiste du Morbihan ? Qu'avez-vous fait jusqu'à présent pour cette réussite ? Quelles sont vos motivations ?

Éléments de réponse 1. Peu après mon entrée au Sénat en septembre 2011, j’ai intégré une mission d’information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l’environnement. Les conclusions de cette mission m’ont conforté dans mes convictions sur la dangerosité de ces produits. Suite au vote du rapport de cette mission, j’ai œuvré à l’écriture d’une proposition de loi visant à interdire l’usage non-agricole des pesticides. Il m’a fallu une année pour convaincre et trouver une majorité. Votée en février 2014, cette proposition devenue « Loi Labbé » est appliquée depuis le 1er janvier 2017 sur les espaces publics des communes et des villes (article 1) ; et depuis le 1er janvier 2019 pour les jardins de particuliers (article 2). Si c’est une certaine réussite que d’avoir pu la faire adopter cette « petite loi » n’est qu’une étape : l’interdiction ne concerne que 10% de l’utilisation des pesticides en France. C’est une loi que je qualifie de « pied dans la porte ». La France étant le premier pays européen à ce niveau d’interdiction par la loi, mon ambition est qu’elle puisse est adoptée par l’ensemble des pays de l’Union européenne. J’y travaille en lien avec l’ONG PAN-Europe. En parallèle, j’œuvre pour l’interdiction des pesticides en agriculture et pour le développement de l’agriculture bio et aussi pour la relocalisation de l’alimentation.

2. Que demandez-vous aux organisations politiques, sociales, culturelles et environnementales de préserver l'environnement ?

Réponse 2. Nous sommes en situation d’urgence planétaire tant au niveau du dérèglement climatique que celui de l’effondrement de la biodiversité, les rapports successifs (GIEC, IPBES...) nous alertent à ce sujet. Je ne veux pas être catastrophique, ni fataliste, ni, surtout pas résigné, juste lucide sur l’importance de notre responsabilité. Si la situation est très préoccupante, elle est encore rattrapable... mais à condition de prendre des mesures radicales planifiées dans le temps. Les responsabilités des politiques sont majeures pour prendre les décisions qui s’imposent, en veillant à assurer les transitions tout en assurant une réelle justice tant sociale que fiscale.

Je considère comme un très bon signe la mobilisation convergente des ONG et des collectifs citoyens tels que le mouvement des Coquelicots (dont j’ai été l’un des 100 premiers signataires), les marches pour le climat où les manifestations des jeunes. Face à ces exigences citoyennes, le monde politique se trouve en situation de responsabilité directe et doit cesser du subir l’influence des lobbyistes économiques et financiers.

3. Comment évaluez-vous l'action du gouvernement dans les domaines environnementaux ?

Réponse 3. Ce gouvernement promettait beaucoup, dans les domaines environnementaux, en particulier avec l’arrivée de Nicolas Hulot en qualité de ministre d’état. Sa démission, après avoir tout fait pour faire infléchir les politiques environnementales et sociales, a été un très mauvais signal. Il a particulièrement dénoncé l’influence des lobbies sur les politiques. Son départ a d’ailleurs enclenché plusieurs mobilisations citoyennes. Aujourd’hui, les déclarations du gouvernement ne sont que trop peu suivies d’effet : c’est là où le fameux « en même temps » ses limites. La transition ne pourra se faire en poursuivant une logique ultra-libérale où le marché fait la loi et où l’UE (avec l’accord de la France) poursuit la signature d’accords de libre-échange qui vont à l’encontre des logiques de développent durable. La situation actuelle devrait pousser à prendre de nouvelles orientations vers une économie résiliente. Ce gouvernement en est encore loin : la croissance verte restera un mirage ! Un autre bon signe est la montée du vote en faveur des écologistes lors des dernières élections européennes, en particulier du fait du vote très majoritaire de la jeune génération. En résumé, le gouvernement ne bougera que s’il y a rapport de force, (pacifique, bien sûr) entre la société civile mobilisée et la puissance publique. De ce fait la France pourrait être le pays leader pour faire bouger l’UE dans le bon sens et jouer un rôle prépondérant à l’échelle de la planète.

Enfin, comme je reste définitivement un utopiste, j’espère voir l’avènement d’une opinion publique citoyenne européenne qui sera en mesure d’être plus forte que tous les lobbies du monde et en capacité de faire bouger l’ensemble du monde politique, en annihilant aussi  les funestes forces populistes, nationalistes et xénophobes.... et si on se disait que l’on va vivre une époque merveilleuse où tout est à sauver, où tout est à construire !

twitter.com/JLabbeSenat

comments (0)
1 + 17 =

Les meilleurs de Tired Earth livrés dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth