Licypriya Kangujam

La militante pour le climat, Licypriya Kangujam, 8 ans, originaire d'Inde, élève la voix pour amener les dirigeants mondiaux à prendre des mesures immédiates pour protéger notre planète et les populations du changement climatique. Elle a lancé ‘The Child Movement’ en juin 2018 avec le soutien du Comité international de la jeunesse (CIJ).

Interview avec Licypriya Kangujam
Cette interview a été réalisée par Patrick Garnier
Photo éditée : ©Tired Earth France

Bonjour, chère Licypriya ! Tout d’abord, je vous remercie d’avoir accepté cette courte interview.
Vous n’avez que huit ans et vous êtes actuellement la militante pour le climat la plus célèbre d’Inde. Vous êtes lauréate du Prix mondial de la paix pour les enfants en 2019. Vous avez pourtant déjà pris la parole dans plus de 20 pays. Vous étiez la plus jeune conférencière à s'adresser à la COP25 de Madrid.

A quel âge avez-vous commencé à s'intéresser au changement climatique ? Qu'est-il exactement arrivé ?

Quand j'avais à peine 4 ans, j'ai accompagné mon père pour collecter des fonds pour les victimes du tremblement de terre meurtrier au Népal en 2015, où plus de 10 000 personnes sont mortes et des milliers de personnes ont été blessées. Depuis l'Inde par la route, nous sommes allés au Népal pour déposer des denrées alimentaires, des médicaments, des vêtements, etc. pour les enfants et les familles des victimes. J'ai peur quand je vois à la télévision des gens qui souffrent et meurent à cause des tremblements de terre, des inondations et des cyclones. Je pleure quand je vois des enfants perdre leurs parents ou des gens devenir des sans-abri à cause des dangers de catastrophes. Mon pays connaît de nombreuses catastrophes comme les tremblements de terre, les inondations, les glissements de terrain, etc. Je ressens de la douleur pour les pour les gens qui ne peuvent pas s'aider eux-mêmes quand surviennent des catastrophes.

Mais je sais qu'il y a des millions de personnes courageuses qui viennent prêter main forte avec courage pour sauver ceux qui en ont besoin. Je suis très heureux quand je vois des sauveteurs sauver des enfants et leurs parents qui sont en danger. C'était la première fois que j’ai appris les mots « changement climatique » et « catastrophes naturelles ». Comme j'étais un petit enfant, je ne pouvais pas réaliser ce que c'était exactement.

Je viens tout juste de réaliser maintenant que cela pourrait être la principale raison pour laquelle je suis préoccupé à un si jeune âge par notre avenir et la planète. Nous ne traitons pas notre planète avec amour et respect comme il se doit !

En juillet 2018, alors que je n'avais que 6 ans, j'ai eu la chance d'assister à une conférence de l’ONU sur la prévention des catastrophes en Mongolie. J'ai eu beaucoup d'inspiration et de nouvelles connaissances des personnes qui ont pris la parole lors de cette conférence. Ce fut un événement qui a changé ma vie. Après mon retour de Mongolie en juillet 2018, j'ai lancé mon organisation nommée « The Child Movement » pour appeler les dirigeants mondiaux à prendre des mesures climatiques urgentes pour sauver notre planète et notre avenir. Dans le cadre de mon mouvement, j'ai voyagé dans plus de 32 pays.

En février 2019. Depuis lors, au Parlement indien, je me lève et je dis à notre honorable Premier ministre, M. Narendra Modi, et à nos députés d'adopter une loi sur le changement climatique dès que possible, du papier à la pratique. S'ils adoptent la loi climatique, nous pouvons contrôler les émissions de carbone et les autres gaz à effet de serre. Depuis février 2019, j'ai abandonné mon école en raison de mes protestations chaque semaine au Parlement.

Quels sont les signes du changement climatique en cours en Inde ? Avez-vous des idées ou plans pour sensibiliser les Indiens aux conséquences négatives du changement climatique ?

En Inde, la pollution atmosphérique, les vagues de chaleur extrêmes, les inondations et les sécheresses fréquentes, les cyclones, etc. sont des signes courants du changement climatique. Ce sont principalement des conséquences de l’abattage de millions d’arbres dans nos forêts, de la construction d'énormes barrages dans les rivières, de la destruction de la nature pour les activités de développement et du manque de transparence de nos dirigeants. Par exemple, j'espère que tout le monde connaît l'île Majuli d'Assam dans le nord-est de l'Inde. Ce riche point chaud de biodiversité va complètement disparaître d'ici 2040 en raison du changement climatique.

Cette plus grande île fluviale du monde - Notre fierté s'est dégradée par les inondations fréquentes de la rivière Brahmapoutre. La superficie totale de Majuli en 1890 était de 1500 km2, mais il ne reste plus que 520 km2. Personne ne panique jusqu'à aujourd'hui. Les super cyclones récents comme « Amphan » ont déplacé plus de 7 millions de sans-abri et des centaines de personnes tuées. L'Inde est le 7e pays le plus vulnérable au monde en raison du changement climatique.

Et vous pouvez également voir à Delhi, comment la pollution de l'air est très dangereuse. Même les enfants ne peuvent pas sortir de chez eux. Je m'inquiète pour la santé des écoliers et des petits bébés. Le gouvernement annonce des vacances pendant 5 jours et encore 3 jours, mais ce n'est pas la solution. Nos dirigeants sont juste occupés à se blâmer au lieu de trouver des solutions à long terme. Ils ne font que parler. Ils ne font rien. Je veux que nos dirigeants fassent plus d'actions. Sinon, notre avenir va bientôt mourir. Ils doivent agir maintenant.

Je demande également à notre gouvernement d'inclure le changement climatique en tant que matière obligatoire dans notre programme scolaire et les étudiants doivent également planter au moins 10 arbres par an pour réussir leurs examens finaux. En Inde, nous avons 350 millions d'élèves. Si 350 millions d'élèves plantent 10 arbres chaque année, nous planterons 3,5 milliards d'arbres par an. Croyez-moi ! L'Inde sera verte dans 5 ans.

J'ai de très bonnes nouvelles pour tout le monde. J'ai reçu un e-mail des gouvernements du Rajasthan et du Gujarat indiquant qu’ils seront les premiers États indiens à inclure le changement climatique comme matière obligatoire après ma demande. De 1 à 145 596 écoles commenceront le changement climatique comme matière obligatoire dans le programme scolaire. C'est le vrai changement apporté par seulement un enfant de 8 ans. Maintenant, cela suit par d'autres États et l'Inde deviendra le premier en Asie et le deuxième au monde à prendre une telle initiative après l'Italie dans l'histoire. C'est le vrai changement que nous voulons !

Licypriya Kangujam

Quelles mesures ont été prises par le gouvernement pour diminuer les conséquences du changement climatique ? Ces mesures sont-elles satisfaisantes ?

La population et les émissions de l'Inde augmentent rapidement, et sa capacité à lutter contre la pauvreté sans utilisation massive de combustibles fossiles décidera du sort de la planète. Le gouvernement actuel a omis de tenir compte de la voix des jeunes qui se lèvent pour lutter contre la crise climatique. La pollution de l'air ne peut pas être résolue actuellement. Et l’augmentation des émissions de carbone des véhicules et des industries devient chaque jour un pic.

La diminution de la pollution réduit aussi les émissions de carbone, mais l'air pollué n'est pas la seule incitation à agir. Le réchauffement climatique incontrôlé frappera durement l’Inde en augmentant les conditions météorologiques extrêmes comme les inondations qui tuent des milliers de personnes chaque année et en affectant la mousson dont dépendent les agriculteurs indiens.

Les vagues de chaleur causent déjà des milliers de morts en Inde et l'augmentation des températures, qui rendent le travail en plein air impossible, a entraîné une perte de près d'un demi-million de travailleurs depuis 2000. Mais dans les décennies à venir, les vagues de chaleur pourraient atteindre un niveau de chaleur humide qui est classé comme présentant un danger extrême pour les trois quarts de la population. Mais l’énorme population de l'Inde signifie que même de petites augmentations des émissions par habitant représentent une énorme quantité de dioxyde de carbone et l'Inde est susceptible de devenir le plus grand pollueur du monde.

Il n'y a pas de loi spécifique ou de politique pour traiter l'ensemble des problèmes climatiques. C'est un échec complet.

Pour lutter contre le changement climatique, vous devez combattre des scientifiques, des intellectuels et des politiciens qui sont climatosceptiques. Quels sont vos plans d’aujourd’hui et de l’avenir ?

J'ai trois demandes majeures :
Premièrement, je veux que notre gouvernement adopte la loi sur le climat afin que nous puissions réglementer les émissions de carbone et d'autres gaz à effet de serre. Et cela apportera également transparence et responsabilité à nos dirigeants. Cela bénéficiera spécialement à des millions de pauvres du pays.

Deuxièmement, l'inclusion du changement climatique en tant que matière obligatoire dans notre programme d'enseignement scolaire. Cela permettra de lutter contre le changement climatique depuis la base et contribuera également à éduquer nos dirigeants sur le changement climatique par leurs propres enfants et petits-enfants car ils ne peuvent pas croire en la science et le changement climatique est réel.

Troisièmement, au moins la plantation de 10 arbres pour tous les élèves de l'Inde pour réussir l'examen final. En Inde, nous avons 350 millions d'élèves. Si 350 millions d’élèves plantent au moins 10 arbres chaque année, nous planterons 3,5 milliards d’arbres par an. Croyez-moi ! L'Inde sera verte dans 5 ans.

Les trois politiques ci-dessus peuvent changer et d'autres pays du monde entier peuvent suivre la même chose. Cela peut aider à lutter contre le changement climatique et aussi à changer le système du monde. Je continuerai de me battre là-dessus.

Licypriya Kangujam

En tant que militante pour le climat, dites-nous ce que vous aimez.

Je prévois de prendre une nouvelle initiative appelée « Green Olympic Games » (Les Jeux Olympiques Vertes). « Green Olympic Games » est une initiative que j'ai prise pour transformer le jeu olympique en une compétition verte, durable et neutre en carbone. Je prévois d'abord de le lancer au Tokyo 2020 du 23 juillet au 8 août au Japon. Il n'y aura pas de pétards, aucune émission de carbone et aucun plastique à usage unique lors des JO à partir de cette année. Ce sera un autre nouveau chapitre de l'histoire du monde.

Les 5 principales chartes de « Green Olympic Games » sont :

  1. Le pays hôte (le gouvernement japonais) : calculer et compenser toutes les émissions associées à l'organisation et au déroulement des JO ;
  2. Tous les transports vers et depuis les installations olympiques doivent être sans émissions ;
  3. Chaque athlète olympique aura la chance de planter un arbre (ce qui signifie un total de 10 000 arbres) ;
  4. Aucun plastique à usage unique ne sera autorisé sur aucun des sites ;
  5. Des spectacles lumineux de drones, des spectacles son et lumière laser à la place des feux d'artifice lors de la cérémonie d'ouverture et de clôture des JO.
comments (0)
5 + 0 =

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth