Est ce-que le panda géant n’est plus une espèce « en danger » ?

Cette espèce d’ursidé est passée du statut « en danger » à celui de « vulnérable » grâce aux efforts de conservation, notamment la création de réserves naturelles.

Le panda géant va mieux. C’est, en tout cas, ce que montre le dernier rapport de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Dimanche 4 septembre, l’ONG a publié une mise à jour de sa célèbre liste rouge des espèces menacées. Au milieu de la longue liste d’animaux ou de plantes en danger, une bonne nouvelle : le panda géant (Ailuropoda melanoleuca), emblème de la conservation de la faune, voit aujourd’hui sa situation s’améliorer.

Après avoir répertorié le panda géant comme « espèce en danger » depuis 1990, l’UICN classe désormais cet animal dans la catégorie « vulnérable », soit le niveau le plus faible des espèces menacées – sur une liste qui en compte trois. Selon les chiffres de l’UICN, on dénombre aujourd’hui 1 864 pandas géants adultes – 2 060 si l’on ajoute les petits –, soit presque deux fois plus que dans les années 1980.

Résultats positifs des mesures de conservation

Avec un faible taux de reproduction (la femelle panda est féconde quarante-huit heures dans l’année) et une perte considérable de son habitat (due à la déforestation, à l’agriculture ou à l’urbanisation), cette espèce est devenue un défi de conservation.

Dès les années 1960, le Fonds mondial pour la nature (WWF) alerte sur la situation de l’animal et le choisit pour emblème. Deux ans plus tard, le gouvernement chinois crée les quatre premières réserves de pandas, interdit sa chasse et va jusqu’à punir de peine de mort son abattage, peine qui se transformera en vingt ans de prison à partir de 1997. En cinquante ans, les moyens mis en place pour préserver cette espèce se sont développés et ont montré leur efficacité : création de réserves naturelles, sensibilisation des populations locales, recensement des populations ou encore patrouilles antibraconnage.

Selon une étude de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la protection des forêts et la reforestation en Chine ont permis d’augmenter de 11,8 % l’habitat des ursidés entre 1988 et 2010 et surtout de reconnecter les habitats isolés.

« Les mesures de conservation donnent des résultats, confirme Inger Andersen, directrice générale de l’UICN. Nous en avons chaque jour plus de preuves. Nous devons cependant redoubler d’efforts pour inverser durablement la tendance. »

Toujours vulnérable

Mais tout n’est pas gagné pour ces nounours noirs et blancs. Le rapport de l’UICN précise qu’avec le changement climatique la population de pandas géants pourrait diminuer de plus de 35 % d’ici à la fin du siècle. En effet, le bambou, qui représente la quasi-intégralité du régime alimentaire de l’animal, est menacé par le réchauffement et la déforestation. Cette plante ne s’adapte que très lentement aux évolutions du climat et sa colonisation est lente. Cette baisse de la disponibilité de nourriture pourrait, dans un avenir proche, annihiler les efforts réalisés au cours des deux dernières décennies.

Bien que le nouveau statut du panda géant soit un signe positif qui confirme la volonté du gouvernement chinois de conserver cette espèce, « il est important que ces mesures de protection se poursuivent ou les effets positifs observés ces dernières années seront vains, précise Inger Andersen. Dans un avenir proche, le panda géant va donc rester un animal dépendant des programmes de conservation. »
 

Source : lemonde.fr

Commentaires ()

Les meilleurs de Tired Earth dans votre boîte mail

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth