Le compte à rebours est lancé avant le Sommet Action Climat, qui aura lieu à New York le 23 septembre 2019.
Greta Thunberg

Alors que les  conséquences du changement climatique définissent notre époque, le moment est venu d'agir. Cela nécessitera un effort sans précédent de tous les secteurs de la société.

Greta Thunberg, âgée de 16 ans, fait partie des personnes prêtes à relever ce défi. Lorsqu'elle a quitté Plymouth pour se rendre à New York à bord d'un yacht à énergie solaire et à zéro émission, elle a suscité à la fois des critiques et des éloges pour ses actions.

Son choix de voyage pour traverser l’océan Atlantique de cette manière constituait-il une option réaliste pour la plupart d'entre nous ? En l’absence de douche, de toilettes, de cuisine ou de lits à bord, la décision de Thunberg a attiré l’attention sur nos voyages en avion luxueux.

Nous avons demandé à Rob de Jong, chef de l’unité Mobilité du Programme des Nations Unies pour l’environnement, de nous faire part de ses réflexions sur le parcours de Greta Thunberg.

Que pensez-vous de la décision de Thunberg de se rendre aux États-Unis en bateau plutôt que de voyager en avion ? 

Greta Thunberg s'est fait connaître pour ses efforts inlassables en faveur d'une plus grande prise de conscience en organisant la manifestation des jeunes pour le climat, également connue sous le nom de vendredi pour l'avenir. Lorsqu'elle a commencé ses manifestations pour le climat devant le parlement suédois en août 2018, elle était seule. Aujourd'hui, des étudiants du monde entier ont suivi son exemple : au moins 802 grèves ont eu lieu dans 101 pays. Voyager en voilier est une façon de démontrer les valeurs de Thunberg, car elle souhaite mener une vie neutre en carbone et plaider par les actes plutôt que les mots lorsqu'il s'agit de réduire les émissions de carbone. Ce voyage est assez dangereux, car c’est la saison des ouragans dans l’océan Atlantique. C'était une décision courageuse. Elle a fait le voyage avec son père, le cinéaste Nathan Grossman et deux membres de l’équipe de Malizia II. Le yacht de course de 18 mètres est équipé de panneaux solaires sur le pont et de groupes électrogènes à l'arrière du bateau. Avec ces installations, suffisamment d’électricité est générée pour faire fonctionner tous les systèmes, y compris les instruments de navigation.

Quels messages pouvons-nous tirer de la décision de Thunberg ?

Ce que fait Greta indique clairement que l’aviation est responsable de l’énorme part des émissions mondiales de carbone et que des mesures urgentes sont nécessaires. Il faut maintenant prendre des mesures à court et à long terme pour réduire les émissions de carbone de l'aviation. Avant de passer en revue les vols à proprement dit, nous devrions examiner l'ensemble du système, pour améliorer l'efficacité et les ressources provenant de la nourriture, des bus, des camions, du remorquage, de l'utilisation de plastique, etc. Il y a beaucoup de gains rapides à obtenir dans ces secteurs. Nous devrions remplacer les vols à courte distance par d'autres modes de transport plus durables, comme les voyages en train, tout en améliorant l'infrastructure des trains pour réduire les émissions de ceux-ci. Deuxièmement, nous devons accélérer la recherche et l’application de nouvelles technologies, telles que l’introduction d’avions hybrides et électriques pour les vols court-courriers. Troisièmement, les vols intercontinentaux doivent adopter des solutions plus durables, par exemple en utilisant des biocarburants neutres en carbone. La disponibilité et les coûts de ces carburants sont le principal problème, mais il est possible et nécessaire d’en faire davantage pour passer du kérosène aux biocarburants durables. Enfin, nous devons accepter l’empreinte climatique de l’industrie aéronautique. Cela doit se refléter dans son prix, comme c'est déjà le cas pour de nombreux autres modes de transport, afin que le coût des émissions et les taxes correspondantes soient inclus dans le coût du vol.

Dans quelle mesure le transport maritime à faible émission de carbone est-il un moyen de transport réaliste ? 

Les grands émetteurs de carbone de la zone océanique sont principalement des pétroliers. Ils transportent parfois de petites quantités de carburants propres qu'ils utilisent lorsqu'ils s'approchent des villes côtières pour réduire la pollution dans ces zones. Une grande partie, environ un quart de leurs émissions, est liée aux opérations portuaires, y compris le chargement et le transport à destination et en provenance des ports. Il y a beaucoup à faire dans ce secteur. Sur les océans, les navires brûlent du carburant bon marché et polluant. L’Organisation maritime internationale a souligné l’importance d’utiliser des carburants plus propres. Cela aura des effets énormes.

Est-ce que le transport à faible / zéro carbone est une option envisageable pour les voyageurs à l'avenir ?

Comme dans l'aviation, pour les trajets courts tels que les ferries, la technologie hybride et électrique pourrait être une solution. Cela comprend la navigation intérieure. Pour les longs trajets, les carburants propres et neutres en carbone constituent une option durable.

Commentaires (0)
3 + 3 =

Les meilleurs de Tired Earth livrés dans votre boîte de réception

Inscrivez-vous pour découvrir d'autres photos, histoires et offres spéciales de Tired Earth