Author:

Pensez-vous être bien informés sur les OGM ?

Interview avec Joël Labbé
Cette interview a été effectuée par Melania Giordano

Pour sa part Monsanto affirme depuis des années que les Américains mangent des OGM, et qu'ils ne sont pas malades pour autant ! Mais on veut savoir :

Sont-ils dangereux pour la santé ? Pour l'environnement ?

Les OGM ont été mis sur le marché au mépris total du principe de précaution : on ne peut mesurer son impact sur la santé qu’avec plusieurs décennies de recul. Il importe de connaître les deux principales formes d’OGM :

a-    Les plantes OGM Bt, qui sont de par leur transgénèse, elles mêmes insecticides : les insectes ravageurs sont tués à leur contact, mais aussi tous les autres insectes, tout comme les vers de terre en contact avec les racines de ces plantes. On ose nous dire que ces plantes insecticides sont inoffensives pour la santé humaine. D’autre part, les insectes ciblés finissent par développer des résistances à ces plantes OGM ! De fait, c’est toute la biodiversité qui est atteinte.

b-    Les plantes OGM TH, résistantes aux herbicides de par leur transgénèse. On peut pulvériser des herbicides (dont le round Up, le plus utilisé) sur ces cultures (soja, maïs, coton) toutes les autres plantes sont éliminées, sauf celles-là puisqu’elles sont résistantes à l’herbicide. De ce fait elles absorbent l’herbicide. Là encore on ose nous dire que ces plantes bourrées d’insecticides n’ont pas d’impact sur la santé ! De plus, les herbes indésirables dans les cultures finissent par développer des résistances aux herbicides et il faut pulvériser encore plus de round up pour les éliminer. Là encore, la biodiversité est particulièrement mise à mal.

Pensez-vous être bien informés sur les OGM ?

Oui, pour la part je m’estime bien informé sur les OGM, mais parce que je vais chercher les réponses à mes questions et que j’ai la chance de côtoyer des scientifiques spécialisés dans ces domaines. Grâce à leurs travaux et les contacts que j’ai avec eux, j’ai maintenant suffisamment d’arguments pour contrer certains de mes collègues, défendant la poursuite du modèle agricole qui portent eux les arguments qui leur sont fournis par les firmes. Par contre, j’estime que la population n’est pas suffisamment informée sur ces sujets. D’où l’intérêt que ce débat devienne un débat public approprié par la population. Je compte beaucoup sur les mobilisations citoyennes pour interpeller les politiques afin que de nouvelles majorités se dessinent. En conclusion, je suis fermement opposé aux cultures OGM et aux importations de soja OGM : l’avenir est dans la relocalisation de l’alimentation fournie par des productions biologiques et locales en sur les territoires.

Êtes-vous réticents à acheter des produits étiquetés OGM ?

Après tout ce que je viens d’écrire, vous comprendrai que je n’achèterai jamais de produits étiquetés OGM... et je milite pour une transparence totale par l’étiquetage de l’origine de l’ensemble des produits alimentaires :  comme le disait Coluche : si ces produits ne sont pas achetés, ils ne seront plus produits !

A très bientôt. Joël Labbé